Enable JavaScript to see this page By toutfilm.com

Coronavirus : Hong Kong attend la deuxième vague

toutfilmApril 7, 2020

l’essentiel
Hong Kong avait résisté pendant des semaines mais subit depuis mi-mars une seconde vague de contaminations au coronavirus. Le petit territoire chinois ajuste donc au jour le jour des mesures sans cesse plus drastiques pour protéger ses 7,5 millions d’habitants.

Un lit, deux petites tables, une télé encore emballée et du Wifi, “notre campement n’est pas si mal”, témoigne Jacques. Le Français vient de terminer sa quarantaine dans un appartement du quartier populaire de Fo Tan, un 35 m2 flambant neuf au 34e étage d’une tour HLM toute juste achevée et réquisitionnée par le gouvernement. Malgré le sol en béton et la nourriture chinoise, “c’est VIP comparé à l’Inde”, sourit cet expatrié nantais. Comme lui, les centaines de résidents débarqués de l’étranger, dont de nombreux étudiants revenus de Grande-Bretagne, sont placées à l’isolement strict depuis le 18 mars. Les étrangers sont, eux, interdits d’entrée. Hong Kong tente désespérément de juguler les cas importés qui ont fait bondir le nombre de nombre de personnes positives au Covid-19 à plus de 800, contre 150 mi-mars, époque à laquelle la province chinoise pensait avoir jugulé le coronavirus.

Bracelets électroniques et géolocalisation

Face à ce scénario de la “deuxième vague”, cette rechute tant redoutée par les pays qui entrevoient la victoire contre la maladie, “on est vraiment en vase clos sans jamais dépasser la porte de l’appartement”, raconte Jacques sur son blog. Les repas sont livrés sur le palier trois fois par jour. C’est dans le couloir aussi qu’il pose les prélèvements salivaires qui sont ensuite envoyés au laboratoire pour le dépistage du Covid-19. Bracelets électroniques et géolocalisation via l’application WhatsApp permettent de garder à l’œil les mis en quarantaine. Une dizaine de contrevenants ont été arrêtés et trois condamnés à trois mois de prison ferme.

Mais, de manière globale, les Hongkongais n’ont pas besoin de mesures de rétorsion pour être précautionneux, obsédés qu’ils sont par l’hygiène. Dès janvier en effet, quand un premier cas de Covid-19 a été diagnostiqué, les habitants se sont, comme un seul homme, munis de masques. Le gouvernement a interdit les visites à l’hôpital et a fermé les écoles, bibliothèques et gymnases publics ne laissant d’autre choix aux enfants que de rester chez eux. Sans que les autorités n’imposent rien sur ce point, nombre de Hongkongais se sont auto confinés. Beaucoup ont mis leur vie sociale entre parenthèses, terrifiés par le nouveau coronavirus venu raviver les blessures du Sras, qui, en 2003, avait contaminé 1 700 personnes et fait 299 morts dans une ville alors pas du tout préparée.

De grands scotches rouges barrent les barbecues publics

Mais ces efforts s’avèrent aujourd’hui vains. L’explosion des cas ne ralentit pas. Les autorités ont donc changé de braquet. Le 25 mars dernier, décision a été prise d’interdire tout rassemblement de plus de quatre personnes. Cinémas et salles de sport ont donc momentanément tiré le rideau. De grands scotches rouges barrent désormais les barbecues publics dans les parcs ou les plages, et des panneaux recouvrent les tables des restaurants pour imposer un mètre de distance entre les clients.

Puis, chaque journée a continué à charrier son lot de contaminations, une cinquantaine en moyenne, et à menacer les capacités hospitalières. Le gouvernement a par conséquent tiré une nouvelle salve de mesures : fermeture des salles du très populaire jeu de mahjong et des karaokés, et depuis vendredi ce vendredi, fermeture de 1 200 bars et pubs pour 14 jours. Déjà la population a été avertie : ces mesures seront probablement prolongées. Alors que l’on pensait la maladie évanouie, à Hong Kong, la peur s’est à nouveau installée.

Categories

Leave a comment